Comment les Belges consomment-ils et épargnent-ils après 35 ans ?

Epargner
Aion image
Les habitudes financières changent avec l'âge, qu'il s'agisse d'épargne, d'investissement ou même d'achat compulsif. Notre récente enquête auprès de plus de 1 000 Belges de plus de 40 ans nous aide à comprendre ces changements.

Un changement des habitudes financières

Le premier constat à l’issue de l’enquête est sans appel : 95 % des Belges affirment que leur manière de consommer et d’économiser a changé après le cap de la quarantaine. Parmi ces personnes, 58 % déclarent ce changement arrivé entre 35 et 40 ans, et 20 % entre 41 et 45 ans.

Lorsque l’on interroge ces personnes sur les raisons de ce changement, la première raison évoquée est tout simplement pour profiter davantage de la vie (74 %), suivie d’un divorce (38 %), de la fin du payement de la maison (34 %) et du décès d’un proche (29 %).

Le luxe et les voyages en tête des achats compulsifs

Qui dit crise de la quarantaine, dit achats compulsifs ? C’est en tout cas la réalité d’un répondant sur 5, qui affirme avoir réalisé des achats compulsifs à partir de l’âge de 40 ans.

Les types d’achats les plus fréquents se divisent en deux catégories, à savoir le luxe (biens et produits de luxe, art, rénovation de la maison), et le loisir (voyages, tickets de festival ou de concert, abonnement fitness).

Pour financer ces achats compulsifs, seules 13 % des Belges déclarent avoir fait une demande de prêt ou de crédit auprès de leur banque.

L’épargne et l’investissement en hausse

Autre constat qui ressort de l’enquête : le Belge épargne et investit davantage lorsqu’il avance en âge. Ainsi, 53 % des personnes interrogées affirment épargner davantage à l’heure actuelle qu’il y a 10 ans, tandis que ce pourcentage s’élève à 62 % lorsqu’il s’agit de l’investissement.

« Les résultats de cette enquête montrent qu’il y a un changement clair dans les habitudes de dépenses, d’épargne et d’investissement des Belges à l’approche de la quarantaine. Ceux-ci souhaitent davantage épargner et investir qu’à un plus jeune âge, notamment pour assurer leur retraite ou leur avenir. » explique Kim Van Esbroeck, Country Head chez Aion Bank. « En tant que banque, c’est notre rôle d’aider les Belges à prendre des décisions intelligentes tout au long de leur vie de façon à protéger leur bien-être financier et faire fructifier leur argent. C’est pourquoi nous nous efforçons d’aider nos membres à épargner et à investir, en toute transparence. »

Plus d'articles

Aion respecte votre vie privée

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Les données collectées par les cookies et les pixels sont utilisées pour optimiser le site web pour nos visiteurs et fournir des informations ciblées.

 

Nous traitons les cookies fonctionnels et analytiques nécessaires au bon fonctionnement de notre site web. Cliquez ici pour plus d'informations sur notre politique en matière de cookies.